Généralités

La réserve des armées se compose de deux grandes familles : la réserve opérationnelle et la réserve citoyenne.

1. La réserve opérationnelle.

Elle se subdivise elle-même en deux niveaux :

– la réserve de premier niveau, forte plus de 27 600 volontaires (hors gendarmerie nationale) signataires d’un engagement à servir dans la réserve (ESR) ;

– la réserve de deuxième niveau (ou réserve de disponibilité), composée des anciens militaires soumis à l’obligation de disponibilité, dans la limite de 5 ans, à l’issue de leur service actif.

Les deux composantes de la réserve opérationnelle peuvent être convoquées soit en cas de mobilisation, soit en cas de mise en oeuvre du dispositif de réserve de sécurité nationale. Ce dispositif permet de faire appel à l’ensemble des réserves, civiles et militaires lors de la survenance d’une crise majeure sur le territoire national. Dans les deux cas, un décret pris en conseil des ministres est nécessaire.

Lorsqu’ils sont en service, les réservistes opérationnels sont régis par le statut général des militaires .

2. La réserve citoyenne.

Les réservistes citoyens ont pour rôle de relayer l’esprit de défense dans leur milieu professionnel. Ils peuvent également faire bénéficier les armées de leur expertise dans un domaine donné.

Ils agissent en tant que collaborateurs bénévoles du service public et ne sont pas soumis au statut général des militaires.

Histoire de la réserve

Les origines lointaines de la réserve, qui porte initialement la marque de l’instauration de la conscription, remontent à la fin du XVIIIème siècle.
C’est la loi Jourdan du 5 septembre 1798 qui instaure pour la première fois la conscription, dans le but d’assurer à l’armée un recrutement stable. La France est alors le pays le plus peuplé d’Europe et militairement le plus puissant. La conscription permet de lever des armées suffisamment nombreuses pour faire face aux menaces d’invasion et mener les guerres du Premier Empire.
Toutefois, un premier corps de réservistes voit le jour sous le Consulat, puis, une Garde nationale forte de plusieurs centaines de milliers de volontaires et destinée à assurer principalement une force de sécurité interne est utilisée à plusieurs reprises par Napoléon Ier.
Après la fin du Premier Empire, la Restauration et la Monarchie de Juillet se caractérisent par une période sans conflit majeur jusqu’au Second Empire. Les réserves tombent alors en désuétude et l’appel par tirage au sort, institué par les lois Gouvion-Saint-Cyr du 18 mars 1818 et Soult du 21 mars 1832 permet de satisfaire les besoins des armées en compensant l’insuffisance des engagements volontaires.

Source : https://www.reserve-operationnelle.ema.defense.gouv.fr/